Histoire

La plupart des historiens du château retiennent 1246-1250 comme dates de construction et E. Hering l’attribue à Alexandre de Stahleck-Dicka alors avoué de l’abbaye d’Andlau.
Il convient cependant de remarquer que la première mention formelle du château ne date que de 1322 en instituant Henri de Stahleck-Dicka en qualité de seigneur du Spesbourg.

La famille de Dicka n’est pas originaire d’Alsace. Depuis le XIIème siècle, elle fournit des dignitaires aux églises cathédrales dans la haute et moyenne vallée du Rhin. Henri de Stahleck-Dicka est d’abord chanoine de Mayence avant d’acquérir cette dignité à Strasbourg en 1238. A cette date , les intérêts en Alsace de la famille Stahleck-Dicka ne sont ni territoriaux, ni patrimoniaux. Avec l’accession au siège épiscopal, la liste des privilèges pour la famille s’allonge considérablement, des alliances sont conclues avec les Landsberg, les Windstein, les comtes de Werde…
C’est dans ce contexte que Henri de Stahleck-Dicka inféode son frère Alexandre du droit d’avouerie sur l’abbaye d’Andlau. Alexandre est cité plusieurs fois dans les chartes épiscopales entre 1255 et 1259, et c’est en mars 1258 qu’il se voit transférer à son fils et à vie l’office de Burgrave qu’il occupe. Nous sommes au milieu du XIIIème siècle et dans l’impossibilité de dire si à cette époque les de Dicka se sont constitués une seigneurie foncière dans la région d’Andlau car leurs titres de biens datent tous du XIVème siècle.

1353 : L’empereur Charles IV adjoint à Gauthier (Walter) de Dicka, avoué héréditaire de l’abbaye, le vidame Rodolphe d’Andlau ainsi que Pierre et Henri d’Andlau en stipulant que Gauthier est autorisé à transmettre ses droits et fiefs aux d’Andlau s’il mourrait sans progéniture mâle.

1383 : Gauthier institue les sires d’Andlau comme successeurs au Spesbourg.

1386 : Gauthier meurt en Suisse à la bataille de Sempach et ne laisse pas d’héritier.
Le château sert alors de résidence à des membres de la famille d’Andlau mais rien ne vient corroborer de quelconques aménagements en vue d’adapter les ouvertures à l’usage des armes à feu comme ce fut le cas dans de nombreux châteaux alsaciens au XV ème siècle…

1431 : Etienne de Bavière investit le Spesbourg qui était sans défenseurs. La même année le château est repris par les d’Andlau à la tête de 2000 hommes

XVIème s. : Le château ne reste pas inhabité ; l’historien Hering nous apprend que Spesbourg est attaqué et incendié par des bourgeois de Barr parce qu’un noble aurait suborné une de leur concitoyenne.
Rien dans les documents n’atteste d’une reconstruction mais des éléments qui ne peuvent être antérieurs au XVIème siècle (étoiles peintes dans les niches, date 1550 sur la taque d’une cheminée) indiquent des remaniements.
Après la grande révolution l’édifice se voit arracher ses plus belles pierres et servit de carrière aux habitants des environs.

Vers 1830/40 : Les comtes d’Andlau sont remis en possession de leur propriété et vendent la ruine au baron d’empire Hallez.

Vers 1890 : La veuve du baron vend l’édifice au Dr Alexis Stoltz.

1904 : Alexis Stoltz lègue le Spesbourg par testament à la ville d’Andlau.

1964-65 : Opérations Taupe avec consolidations diverses et fouilles.

1967 : Le Spesbourg est classé Monument Historique.

1985 : Création de l’Association pour la Restauration du Château du Spesbourg

reconstruction-maquette-realite

 Reconstitution proposée par Walter Herrmann

 

Bibliographie :
Charles-Laurent SALCH , Le Château de Spesbourg, architecture et histoire, Chantiers d’Etudes Médiévales, n°14, 1977